Embouteillages sur la rocade de Rennes : Quelles solutions dans les autres métropoles ? - weloverennes.com

Embouteillages sur la rocade de Rennes : Quelles solutions dans les autres métropoles ?

Publié le 25•11•2021
❚ embouteillages
❚ rocade
❚ bouchon
Photo : We love Rennes
La DIR Ouest vient d'annoncer une série de mesures pour tenter de solutionner les problèmes de congestion routière sur la rocade de Rennes. Ailleurs en Europe, quelles solutions d'autres métropoles ont-elles choisi face aux embouteillages ?

Une première place dont Rennes ce serait bien passée. En Septembre 2021, la capitale bretonne arrivait en tête des villes les plus embouteillées de France dans le classement du magazine Auto Plus réalisé à partir des données du système GPS Coyotte. Les automobilistes de la région rennaise ne s’y sont d’ailleurs pas trompés. Beaucoup remarquent une hausse des congestions routières depuis la rentée : En septembre, ils auraient perdu 18 heures dans les bouchons, soit plus que Marseille, Paris, Lyon ou Bordeaux ! Alors que la fréquentation des transports en commun n’a toujours pas retrouvé son niveau d’avant-crise, la circulation sur la rocade de Rennes dépasse désormais son niveau de 2019 avec 5000 à 6000 véhicules quotidiens supplémentaires.

Que faire ? Le mardi 23 novembre, Rennes Métropole, le Conseil Régional, le Conseil Départemental et la DIR Ouest ont présenté le nouveau « Schéma directeur d’agglomération de gestion du trafic ». Concrètement, une liste de mesure a été annoncée pour tenter de diminuer la congestion routière sur la rocade et sur les axes pénétrants : création de voies express sur les 4x4 voies pénétrantes, installation de 8 feux tricolores entre les portes de Cleunay et de Beaulieu pour réguler les voitures entrant sur la rocade, création de nouvelles voies d’entrecroisement entre les portes de Villejean et de Beauregard et entre les portes de Bréquigny et de Nantes, réaménagement des portes des Loges, de Villejean et de Cleunay pour y fluidifier la circulation… Ces mesures devraient être mises en place d’ici à 2024 et coûter près de 25 millions d’euros.

Nécessité ? Gabegie financière ? Sur Twitter, les avis divergent et ces mesures ne semblent pas faire l’unanimité.

Ailleurs en Europe, les métropoles concernées par ces problèmes de congestion routière ont également tenté de trouver le remède miracle face à ce mal urbain du 21ème siècle. Tour d’horizon européen des mesures qui semblent fonctionner.

A Stockholm, il faut payer pour conduire en ville !

Depuis 2006, Stockholm s’est dotée d’un système de péage urbain. Le principe ? Un « cordon » entoure le centre de la capitale suédoise, soit 35 km2 et 280.000 habitants. Certains jours, sur des plages horaires précises, chaque véhicule franchissant ce cordon doit s’acquitter d’une taxe de congestion routière. Objectif ? Réduire les embouteillages et améliorer la qualité de l’air. Ce péage urbain a d’ailleurs été validé par les habitants de Stockholm lors d’un référendum organisé sept mois après sa mise en service.

L’accès en voiture est donc rendu payant du lundi au vendredi de 6H à 18H30. Le prix varie entre 0.90€ et 3€40 selon l’heure de passage avec un plafond quotidien à 5€80. L’accès au périmètre payant est rendu gratuit le soir, les week-ends, les jours fériés, la veilles des jours fériés et durant le mois de juillet. Le péage s’effectue par de grands portiques qui enregistrent les plaques d’immatriculation.

Et visiblement, ça marche. A Stockholm, le nombre de voitures a été réduit de 30% en dix ans alors que, sur la même période, le nombre d’habitants a augmenté de 22%. L’idée a d’ailleurs fait des émules dans le pays. En 2013, Göteborg, deuxième ville suédoise, d’une taille plus ou moins identique à Rennes, a elle aussi instauré un péage urbain.

A Lille, la limitation de vitesse s’adapte au trafic

La régulation dynamique du trafic routier se met progressivement en place autour de certaines grandes villes. Le principe ? Adapter la vitesse maximale autorisée en fonction de l’affluence. Autour de Lille, cette modulation a été instaurée sur un premier tronçon de l’A25 avant d’être allongée jusqu’au périphérique sud de la capitale des Flandres. En cas de fortes affluences, la vitesse réglementaire peut donc être diminuée de 130 à 110 voire 90 km/h pour les tronçons limités 130km/h et de 110 à 90 voire 70 km/h pour ceux limités à 110km/h.

Reprenant la théorie de l’entonnoir, cette mesure semble faire ses preuves. A Lille, le gain de temps est estimé à 2 minutes pour un trajet de 8 kilomètres. Suffisant pour mettre fin à des embouteillages chroniques sur un anneau périphérique ?

Le « Spits Mijden » ou le lissage de pic néerlandais

Tout le monde connait le péage où l'automobiliste doit s'acquitter d'une somme d'argent pour utiliser une infrastructure routière. En 2008, les Pays-Bas ont inventé le « spits mijden » ou lissage de pic où l’automobiliste reçoit de l’argent pour ne pas utiliser sa voiture aux heures de pointe ! Concrètement, ce sont des caméras qui sont chargées d’identifier les automobilistes et de contrôler les fraudes. Les automobilistes peuvent alors choisir un autre mode de transport (bus, tram, métro, vélo, marche à pied…) ou décaler l’heure de leur trajet.

Dans la région de Rotterdam, 20.000 personnes participent à ce programme de péage positif aux heures de pointe qui a permis de réduire le trafic routier de plus de 5%, baisse suffisante pour désengorger les axes les plus embouteillés. La mesure semble d’ailleurs changer durablement les habitudes : un an après l’arrêt du programme, 80% des participants conservent leurs nouvelles habitudes de déplacement.

Alors que la polémique fait rage au sein de la population comme au niveau politique, les embouteillages rennais pourraient heureusement marquer le pas dès 2022. Pourquoi donc ? Grâce à l’inauguration de la ligne B du métro qui devrait permettre « d’évaporer » 50.000 véhicules par jour et de redéployer une partie du réseau de bus en extra-rocade pour y rendre les transports en commun plus attractifs entre Rennes et ses couronnes.

Publié le 25•11•2021
❚ embouteillages
❚ rocade
❚ bouchon
❚ Actualités
❚ 
Covid-19 - Deux premiers cas du variant Omicron détectés en Bretagne
❚ 
Des perturbations à prévoir aujourd'hui sur le réseau Star
❚ 
A Rennes et dans les autres métropoles, les prix de l'immobilier se stabilisent
❚ 
Les rues autour de l'Hôtel-Dieu vont faire peau neuve
❚ 
Vidéo - easyJet inaugure une nouvelle liaison aérienne entre Rennes et Porto
❚ 
A Rennes, une nouvelle charte pour protéger et développer le patrimoine arboré
❚ 
Circulation à Rennes : le point sur les travaux du 6 au 12 décembre
❚ 
Covid-19 : Le Morbihan et l'Ille-et-Vilaine sont les départements bretons les plus touchés
❚ Sur le même thème
❚ 
En 2022, Lufthansa reliera Rennes à Francfort
❚ 
Des perturbations à prévoir aujourd'hui sur le réseau Star
❚ 
Vidéo - easyJet inaugure une nouvelle liaison aérienne entre Rennes et Porto
❚ 
Circulation à Rennes : le point sur les travaux du 6 au 12 décembre
❚ 
Circulation à Rennes : le point sur les travaux du 29 novemnre au 5 janvier
❚ 
Suspension des vols entre la France et le Maroc : Quels sont les vols concernés à Rennes ?
❚ 
Embouteillages sur la rocade de Rennes : Quelles solutions dans les autres métropoles ?
❚ 
Brève - Des perturbations annoncées sur certaines lignes de bus le jeudi 25 novembre
❚ Les derniers articles
Transports
❚ 
En 2022, Lufthansa reliera Rennes à Francfort
Actu
❚ 
Covid-19 - Deux premiers cas du variant Omicron détectés en Bretagne
Transports
❚ 
Des perturbations à prévoir aujourd'hui sur le réseau Star
Business
❚ 
A Rennes et dans les autres métropoles, les prix de l'immobilier se stabilisent
Urbanisme
❚ 
Les rues autour de l'Hôtel-Dieu vont faire peau neuve
Transports
❚ 
Vidéo - easyJet inaugure une nouvelle liaison aérienne entre Rennes et Porto
Nature
❚ 
A Rennes, une nouvelle charte pour protéger et développer le patrimoine arboré
Transports
❚ 
Circulation à Rennes : le point sur les travaux du 6 au 12 décembre